Axone Radio - Années 90 à 2000
Interview d'Eve Angeli sur Axone Radio
Interview de Pascal Fechner - MUFON France
Le château de Fougeret, Véronique Geffroy en interview
Application mobile Axone Radio
Interview de Sébastien Quintino
Ecouter Axone Radio sur Deezer
Listen the best Radio

Fatal bazooka : ses films et ses titres

Fatal bazooka

Fatal bazooka : films et musique

Michaël Youn, Fatal Bazooka

Animateur de télévision et radio, acteur, réalisateur, humoriste mais aussi last but not least, humoriste rappeur. Avant d’incarner l'« emblématique » Fatal Bazooka, Michaël Benayoun a animé et s’est surtout fait connaître sur l’émission Morning Live de M6 (2000 à 2002).

Morning live est un show matinal (7 h-9h) qui a fait suite au Morning Fun en 1998. Il a eu plusieurs présentateurs et Michaël Youn y est intervenu de 2000 à 2002 mais après lui, l’émission a perdu un nombre assez important de spectateurs. On peut le comprendre car le Morning Live a pour beaucoup été directement associé au personnage de Michaël Youn, insouciant, toujours prêt pour la rigolade, partant rapidement dans des délires qui font rêver (ou qui choquent). L’émission comporte plusieurs rubriques, des défis filmés aux actualités en passant par la météo, les clips et l’invitation d’artistes. C’est le concept de la boîte à images qui était le plus suivi par l’audience.

La boîte à images, c’est Michaël qui se met dans des situations improbables, pour crier le slogan de l’émission « 7 h à 9h, Morning Live, l’émission qui réveille vos voisins ! », le plus souvent débarrassé de ses vêtements. Il avouera que dans le cadre de l’émission, il a eu des accrochages avec la police et a été notamment placé en garde à vue au moins trois fois.

Il est vrai que l’émission n’a pas eu que des fans, cependant certains détracteurs se sont plus affirmés que d’autres. La séquence du médiateur est une rubrique qui a été consacré aux haters de l’émission. Ils étaient appelés au cours de l’émission pour s’exprimer par rapport aux raisons pour lesquelles il n’aimait pas celle-ci. L’un des plus célèbres, Bernard Houbaix a été très souvent interrogé dans l’émission pour donner son point de vue ou participer à des jeux qui devaient être récompensés par un prix. C’était l’occasion pour toute l’équipe de de rigoler un bon coup. Car plus les propos du téléspectateur sont violentes, plus ils s’éclataient. Et au final, il n’y avait pas de prix, ni de cadeaux après participation aux jeux par les spectateurs aigris. Ces séances se terminaient souvent par le très mythique, « C’est qui le patron ? »

Michaël Youn a été un peu touche à tout, dans le domaine de la musique, du cinéma, de la télé. L’ensemble de ses créations artistiques (musique et films) n’est pas totalement connu du grand public. Mais le personnage de Fat Baz est celui qui a le plus suscité l’attention et l’adhérence des fans. Comme il le dit lui-même dans une interview, le personnage a pris naissance dans un sketch à la télé (Morning Live). La musique a été trouvée assez vite (enfin le refrain) de ce qui deviendra un tube à succès (Fous ta cagoule). Avant cela, toujours sur un plateau télé, était né le groupe Bratisla Boys, marins originaires de Slovaquistan, Etat fictif de l’Europe de l’Est. Car la particularité de tous ces concepts (artistes de la musique) c’est leur caractère fictif. Des parodies qui sont devenues de vrais hits et qui ont traversé la décennie et continuent à être écoutés avec plaisir. Bien qu’il ait eu à recevoir beaucoup de critiques tout au long de sa carrière à ce jour, ses clips-parodies, sa musique demeure iconique pour toute une génération (et la suivante ?) par l’humour décalé, le délire, la caricature… bref, soit on adore, soit on n’aime pas, mais on ne peut y rester indifférent.

L’émission a été interrompue du moins elle n’a plus été présentée par Michaël Youn, car il affirmait que celle-ci empiétait sur leur vies quotidiennes (les présentateurs) et leurs engagements par rapport à leur entourage.

Fatal Bazooka, film

Le film consacré au rappeur Fatal Bazooka sort en France en juin 2010, et reçoit un accueil mitigé autant de la part des critiques que de celle du public. Cependant, il suscite beaucoup d’engouement chez les fans convaincus ou non. Engouement sans doute justifié par la préparation (non programmée) du public en amont par les tubes que le rappeur compte à son actif. On veut connaître un peu plus, en savoir plus sur le personnage, pour faire durer le délire, car c’est avant tout un contenu humoristique. Bien que le réalisateur ait tenu à créer un vécu réaliste et un caractère propre à Fatal Bazooka, il ne s’est pas économisé pour introduire autant de passages qui font pleurer de rire par leur côté déglingué. Un concentré d’une parodie d’une vie de rappeur. La violence dans les paroles, le style Vida Loca, la célébrité et ses dérives, la concurrence rude dans ce milieu, le succès qui y est éphémère.

Le rappeur bling bling Fat Baz a eu droit à son film sous forme de biopic où on suit l’évolution de sa célébrité, sa vie privée, les défis dans son métier et dans ses relations personnelles.

Résumé : Au plus haut de sa gloire, le numéro uno voit sa place sérieusement menacée par un artiste électro-bio, Chris Prolls. Convaincu que son public le soutiendra toujours, il est anéanti par la victoire de son concurrent à la soirée des Music Bâtards où il se présente saoul. Il commence à proférer injures et grossièretés. Humilié en public, hué par l’assemblée, il devra également renoncer à son confort quotidien dans sa maison, le Fatal land, car il a accumulé les dettes. Il effectue donc un retour aux sources dans son village en Savoie où il prétend se consacrer à l’élevage des moutons. Cela ne lui réussit pas vraiment et c’est poussé par sa mère et sa passion de jeunesse qu’il revient en ville pour reprendre sa place de numéro un. Le clash épique qui a départagé les deux protagonistes reste un des moments les plus forts du film.

Toutes les (formidables) chansons de ce film sont disponibles, en version courte, sur le blog de Fatal en téléchargement libre ou dans le double DVD du film.

Bon à savoir

Athena Novotel est un jeu de mots. Paris Hilton possédait deux grands hôtels : Hilton et Novotel. Le prénom Athéna est choisi peut-être pour rester dans l’esprit des prénoms de la mythologie.

Chris Prolls, Krisprolls … il s’agit effectivement d’une marque de pains grillés. On comprend mieux l’interpellation de Fatal : Dis-donc, t'en as une grande gueule pour un p'tit pain suédois grillé au four.

Le clip « Je veux du uc » parodie You can’t touch this de MC Hammer.

On note une référence aux Men in Black dans la scène de déménagement également.

Le titre "Je suis Music interprété par Chris Prolls est une référence au titre du même nom interprété par Marc Cerrone.

Le titre Je suis music est originellement chantée par Marc Cerrone. Une chanson du même titre est interprétée par Chris Prolls dans le film.

Des références bien exploitées. Après la sortie du film, en 2012, lorsqu’il demande aux fans sur sa page Facebook, s’ils voudraient une suite pour le film, les réponses avaient été très enthousiastes et positives. Il a alors déclaré qu’il allait y penser.

Alors que Michaël Youn annonce le retour tant attendu de Fatal dans un nouveau clip, nous vous proposons de revisiter l’univers atypique et déchaîné de Fatal Bazooka. Et si vous ne connaissez pas encore « l’original gangsta », c’est par ici.

Fatal Bazooka, acteur

C’est Michaël Youn qui interprète Fatal Bazooka. Il avoue qu’il ne pouvait laisser une autre personne le faire à sa place. Etant donné sa connaissance du personnage, de la réalité qu’il voulait exposer. C’est pourquoi il cumule le chapeau d’acteur principal et de réalisateur. Ce qui est beaucoup plus long et difficile ; difficile en termes de praticité et d’objectivité. Il partage la tête d’affiche avec Sebastien Rousseau qui fait une prestation du moins remarquable pour ne pas dire électrisante comme Chris Prolls, son antagoniste. On verra également des acteurs comme Isabelle Funaro, Vincent Desagnat, Fabrice Eboue, Ary Abittan, Armelle, Jerôme Le Banner Robert Reynaert.

Fatal Bazooka, musique

Vous pouvez retrouver la musique de Fatal sur plusieurs plateformes. Sur YouTube, ses chansons sont presque toutes disponibles. Vous pouvez y (re)faire une tournée de ses anciens titres épiques. Vous pouvez également retrouver tous ces titres gratuitement sur la web radio Axone qui vous garantit de la bonne musique non-stop et sans publicités. Tous les bons morceaux des années 90 à 2020 disponibles sur une seule station.

Fatal Bazooka, Parle à ma main

L’album T’as vu, sort en 2007 et le titre Parle à ma main qui en est le cinquième single sort la même année. J’espère que vous avez déjà visionné le clip de cette chanson, sinon arrêtez-vous et faites-le ici avant de continuer la lecture de cet article.

Parle à ma main est d’un génie particulièrement con. C’est rare d’avoir un concept regroupant les deux termes. Mais cette chanson fait spontanément référence au génie créatif et à la bêtise dans toute sa splendeur.

Elle met en scène, Yelle qui n’est autre que la sœur de Fatal (personnage joué par Michaël Youn lui-même) en pleine crise d’adolescence. La jeunesse et ses délices. L’ado discute avec sa copine Christelle qui partage les mêmes opinions qu’elle (les hommes sont nuls…).

En résumé, si certains n’apprécient pas les paroles assez rigolotes de cette musique, la curiosité de voir Michaël en collants (et string) pourrait les décider.

Pour un clip parodique, il a quand même fait la tête de classement dès la deuxième semaine et y reste durant sept semaines consécutives.

Fatal Bazooka, Fous ta cagoule

Premier single de Fatal Bazooka, sorti en 2006, il a assis la célébrité du groupe fictif. Regorgeant d’une tonne de références à d’autres rappeurs français ou américains, à des ambiances, à des concepts, à des paroles de chansons ou même à des portions de vidéos clips, il se place à la tête des ventes de disque en 2007 en France. Le groupe est composé de plusieurs rappeurs qui ont leur univers particulier. Délire garanti et fou rire au rendez-vous. Morale de l’histoire : Fous ta cagoule sinon t’auras froid.

C’est d’autant plus hilarant quand on a en tête les références (ne l’oublions pas, il s’agit d’une parodie) :

Gastro-entérite d’un homme assis sur une cuvette dans les toilettes, en référence au slameur Grand Corps Malade et à son « La prochaine fois tu prendras le bus » (qui devient la prochaine fois, je mettrai ma cagoule).

Un rappeur marseillais (joué par Benjamin Morgaine) aux paroles insaisissables qui s’appelle Profanation Funky (Funky Family) intervient également dans le clip. Il est interpelé car on ne comprend rien à ce qu’il veut dire alors que l’un des rappeurs s’inquiète de ce que le but originel : faire passer un message, ne soit pas atteint.

L’apparition du thermomètre au début de la chanson, où le mercure descend est une parodie du clip Temperature de Sean Paul où le mercure monte plutôt.

‘Fous ta cagoule’ est devenu une sorte d’hymne de la génération de jeunes des années 2000.

Fatal Bazooka, mauvaise foi nocturne

Ce n’est plus une référence à un clip, à l’artiste ou à des paroles… C’est tout le clip de Diam’s et Vitaa, confessions nocturnes qui est parodié.

Fatal et son ami Vitoo ont des problèmes de fidélité. Pascal Obispo campe remarquablement dans le rôle de Vitoo, l’ami en souffrance (celui dont on a rayé la BM).

Pas de limite au délire encore une fois. Et Obispo nous offre une prestation à laquelle on ne s’attend pas forcément de sa part. Musicalement splendide (comme d’habitude), c’est le personnage rigolo et déjanté qu’il interprète qui étonne le plus.

Vous pouvez écouter et visionner (en boucle), cette chanson ici. Le plot twist est dément ! (enfin ça c’est pour ceux qui découvrent).

Fatal Bazooka, trankillement

Ce qu’on reproche souvent aux clips de Fatal c’est la vulgarité (dans les images, les paroles), les références moqueuses. Les artistes parodiés ne le prennent pas toujours de bon cœur.

Au-delà de cela, on peut se prendre au jeu et toutes ses chansons apparaissent alors comme d’authentiques raps. L’ambiance y est, les concepts généraux aussi.

Dans ce clip particulièrement, il met en scène une fête de vacances (anniversaire) où ça part dans tous les sens à un moment donné (enfin tout le long plutôt). Dans le monde de Fatal Bazooka tout est permis.Redécouvrez cette chanson qui vous fera, sinon danser, avoir un bon coup de blues ou pleurer de rire.

Autres chansons

Fatal s’est également illustré dans d’autres chansons sur le même principe de base : Ce matin va être une pure soirée , J’aime trop ton boule , C’est une pute.

Je n’arrive pas à danser , sorti plus récemment peut être considéré comme le symbole du come-back de l’artiste qui annonce un nouvel album pour bientôt. L’audience est toujours extraordinaire pour ce nouveau clip, ce qui prouve bien la fidélité et l’engouement des fans. La chanson met en scène un Fatal Bazooka aux prises avec la vieillesse et qui aimerait pouvoir bouger et danser comme au temps de sa jeunesse.

Depuis Mars 2020, Michaël Youn est de retour à la télévision avec une émission inspirée du Morning Live et qui a été dénommée Morning Night. Le lancement de l’émission a été un grand succès de par son audience. Bien que tous les spectateurs ne soient pas sous le charme de la nouvelle émission, l’accueil du public est chaleureux.

<< Retour aux actualités