Axone Radio - Années 90 à 2000
Michal - L'orange
Interview d'Eve Angeli sur Axone Radio
Richard Sanderson Live Zone l'interview
Application mobile Axone Radio
Le château de Fougeret, Véronique Geffroy en interview
LIVE ZONE INTERVIEW PASCAL FECHNER (MUFON France) 1ère partie
Live Zone avec Paul Marquis, les épisodes Cévenols et Méditerranéens
Live Zone : Interview Yannick - The Share Players
Listen the best Radio

Live Zone l'interview avec Pascal Fechner directeur du Maybe Planet

Pour écouter l'émission en replay rendez-vous sur notre chaîne YouTube:

Interview de Pascal Fechner

Pour rejoindre la chaîne YouTube Maybe Planet:

Chaîne YouTube Maybe Planet

Emission spéciale consacrée au sujet OVNI
L'armée Américaine cache t'elle des informations ?

Pascal Fechner : Salut Flo, salut à tous les auditeurs !

Flo : Comment ça va ?

Pascal Fechner : Ecoute ça va, c’est vrai qu’on a eu des semaines chargées quand même dernièrement.

Flo : Ouais j’imagine vous avez pas chômé. Pascal tu es le directeur de Maybe Planet tu est aussi le rédacteur en chef , t’as pas chômé ces jours-ci l’actualité a été plutôt costaud ces derniers temps. On va parler ensemble de ce fameux rapport, le rapport UAP. Effectivement pour les personnes qui nous écoutent l’actualité des ovnis a été quand même assez dense ces derniers jours, pas mal de reportages à la télévision alors plus ou moins bien abordé mais peu d'infos tout de même dans ses reportages et ce rapport qui vient du Pentagone a été publié mais pour en savoir plus Pascal, est ce que tu peux nous parler de la genèse de ce rapport ?

Pascal Fechner : Oui alors s’il faut bien comprendre parce que c’est vrai que on a pu lire dans les journaux grand public ou même dans sur les chaînes télé que ce rapport avait été apporté par le Pentagone, dans le sens où le Pentagone avait décidé de mettre un petit peu de clarté sur ce phénomène qu’on appelle ovni UAP maintenant puisque ça enfin avant c’était (you faut) maintenant c’est UAP. C’est un petit peu comme quand on a fait Onvi et panne en France c’est-à-dire on est passé des objets volants non identifiés aux phénomènes aériens non identifiés bon là ils ont un petit peu le… ils utilisent un petit peu le même truc sémantique. C’est pas tout à fait comme ça que ça s’est passé il faut savoir que ce rapport bah c’est le fruit quand même de plus de 3 ans d’efforts de pressing d’oppression ; essentiellement d’un groupe qui s’appelle tous vos Star Academy. C’est une entreprise puisque c’est une entreprise c’est pas une association qui a été créée par le chanteur Tom delonge le chanteur le leader… de Bing le groupe pop punk enfin c’est je connais mal sa musique. Et puis on apprend en décembre 2017 puisque c’est vraiment là qu’on peut mettre le début du pressing que l’armée américaine a pendant au moins quelques années financer un programme sur l’étude euh … des ovnis un programme qu’elle a financé à hauteur de 22 millions de dollars. Alors ramenons ça quand même dans ces proportions 22 millions de dollars à l’échelle du budget de la défense américain c’est quand même une toute petite goutte d’eau.

Flo : C’est une paille !

Pascal Fechner : C’est à dire que ce sont des formes démesurées de la part de de l’armée américaine. Enfin on apprend que ce programme existe et à partir de là vraiment va monter en puissance auprès des médias bah cette réalité que l’armée constate dans le ciel américain que des phénomènes semblent passer les narguer parfois, narguer les pilotes et que l’armée américaine n’arrive pas à identifier ou à expliquer quel est ce phénomène. Voilà et c’est un petit peu aujourd’hui l’objet du rapport alors quand on parle d’un rapport encore une fois toutes choses égales par ailleurs on parle d’un document qui fait 6 pages.

Flo : c'est vrai il est pas très dense. L’armée parle en fait ce sont ces vidéos qui ont été déclassifiés ou on voit ces objets suivi par des avions de l’armée américaine.

Pascal Fechner : Alors sur les vidéos c’est un petit peu compliqué. On va dire qu’on a 2 grands types de vidéo on a les 3 vidéos qui ont été sorti en 2017 qui s’appellent flare, gumball et Go fast donc c’est pas des vidéos qu’on voit tourner en boucle. Le parcours de cette vidéo est quand même assez intéressant puisqu’il faut savoir que ces vidéos ont pu être sortir en tout ont pu être sortis pardon en toute légalité des disques durs du Pentagone par Lou elizondo qui a un petit peu profité on va dire d’un vice de forme et donc qui les a sortis de façon tout à fait légitime. C’est pas des vidéos qui ont été volés ou détournées et puis après on a d’autres types de vidéos celle qu’on voit un petit peu tourné aussi en ce moment ce sont les vidéos essentiellement transmise par Jérémy Corbel.

Flo : Ouais !

Pascal Fechner : Et là c’est quand même tout à fait différent puisque ce n’est pas sourcé. On sait pas qui les avait donnés, on connaît pas le contexte voilà. Le problème c’est pour le grand public ces vidéos sur le télescope un petit peu je n’aimais pas du tout au même niveau de qualité de contexte voilà. On est sur 2 choses très différentes quand même.

Flo : Certaines personnes considèrent ces videos comme étant de mauvaises qualités mais bon il faut savoir que ce sont des vidéos qui sont filmés en fait sur des appareils militaires c’est souvent la nuit que ça se passe .

Pascal Fechner : LuIS Elizondo alors on va peut-être dire un petit mot sur Luis Elizondo quand même pour ...

Flo : Que tu as eu un interview sur Maybe Planet

Pascal Fechner : Q’on a eu la chance d’avoir en interview française en exclusivité pour la France et ça été un coup de chance pas possible mais bon des fois....

Flo : Très belle interview en tout cas

Pascal Fechner : On a un petit peu de chance de temps en temps. Luis Elizondo c’est un militaire américain qui va faire pratiquement toute sa carrière dans le renseignement et dont le contre renseignement hein c’est-à-dire qu’il est complètement impacté dans le renseignement après le 11 septembre, son boulot ça va être de chasser les terroristes, de faire des interrogatoires. Donc il est vraiment enseignement et puis un moment dans sa carrière vers 2007 2008. Mais on va lui proposer une mission un petit peu différente on va lui proposer de rentrer dans une structure qui s'appelle AATIP alors je vais pas vous lire en anglais parce que c'est un petit peu compliqué mais une structure qui est là qui a été créée depuis peu euh… Qui a été créé on va dire sous la pression de 3 sénateurs américains dont le plus connu est bien sûr le sénateur Harry Reid que vous avez peut-être vu en reportage en tout cas c’est un bon vous avez peut-être déjà entendu. Ce sénateur va aller au congrès va aller rencontrer 2 autres sénateurs qui sont en charge des Black programs c’est-à-dire les programmes secrets un des parce que c’est une réalité aux états unis hein ça c’est pas du complotisme mais le Sénat a cette disposition des fonds pour des missions discrètes pour la sécurité nationale. Donc ça AATIP va se créer comme ça, Elizondo va arriver là-dedans et puis petit à petit il va en prendre la tête et il va travailler effectivement sur les phénomènes aériens non-identifiés essentiellement ce sont ce seront des sources militaires donc c’est des sources quand même intéressante hein. C’est pas Bernard et Ginette qui ont vu quelque chose non, je ne veux pas être péjoratif mais enfin voilà hein. On peut penser que les témoins en tout cas les informations qui remontent sont pas mauvaise qualité euh... Elizondo va petit à petit faire son chemin intellectuel dire il y a quand même quelque chose d'anormal, ça semble aller vite, ça semble aller contre les lois de la physique donc il va petit à petit se persuader que là on a des phénomènes qui ne sont pas normaux mais surtout ce qui va créer une grande frustration chez Luis Elizondo c'est qu'il ne va pas réussir à faire remonter l'information auprès de la hiérarchie ouais, il va y avoir des blocages et donc lui les personnes qui voudraient toucher pour dire là il faut s'inquiéter de quelque chose. Parce que pour Luis Elizondo il n’est pas spécialement sur les extraterrestres, lui ce qu’il voit c’est qu’il y a un risque potentiel pour la sécurité nationale. Si on ne maîtrise pas son espace aérien ben ça veut dire que l’espace aérien est ouvert à des menaces potentielles, à des ennemis… On est quand même dans un contexte post 11 septembre voilà donc ; c’est quand même quelque chose de très sensible donc la frustration va monter et puis il va décider de démissionner pour rejoindre cette fameuse structure " To the star academy ". Alors on n’a pas encore tous les détails des choses qui sont encore un petit peu troubles comment toutes ces personnes sont rentrées en contact Tom Delonge, Chris Mellone aussi qui est un personnage très important là-dedans ; voilà il y a un peu de télescopages de parcours qui fait que bah tout de star académie ce secret et puis ce fameux article en décembre 2017 qui va vraiment encore une fois faire exploser le sujet auprès du grand public

Flo : Le peuple américain est beaucoup plus ouvert que nous européens à ces sujets là , le sujet ovni toutes ces informations qu’on peut avoir c’est très ancré aussi dans la politique donc là-bas c’est … est ce que c’est un argument électoral ?

Pascal Fechner : Oui alors ça devient donc voilà. C'est important ce que tu dis effectivement en fait le phénomène ovni enfin en tout cas là médiatisation et la prise en compte du sujet par les politiques bah du coup découle directement de la position du peuple par rapport au sujet jusqu’à fin 2017 c’était quelque part à mon sujet c’était un petit peu un sujet de complotiste, voilà c’est un sujet de mots de dingues clairement bien que beaucoup de politiques s’y intéresse. Mais tu sais j’ai fait un article il y a pas longtemps qu’ils appelaient tout est fixe du Porno à l’esthétique mais c’est un petit peu le même cheminement intellectuel si tu veux personne va dire qui regarde du porno mais le calendrier esthétique de Clara Morgane ça on peut l’acheter voilà donc ce que je veux dire.

Flo : Tout à fait tout à fait.

Pascal Fechner : Tout est dans la nuance on va dire ça comme ça et effectivement depuis 2007 ben petit à petit le l’info monte se médiatise, se structure et là les politiques vont commencer à se dire : « ok il y a peut être un sujet » et puis surtout ça s’est accéléré énormément en 2021 c’est-à-dire qu’on a décidé de prendre le sujet sur l’axe de la sécurité nationale et là, c’était du pain béni pour les pour les politiques puisque là il devient tout à fait légitime voir absolument nécessaire de prendre le sujet et de dire ; attendez militaire il y a des choses qui survole nos installations vous savez pas ce que c’est là il va falloir s’y pencher sérieusement parce que c’est notre sécurité nationale. On fait même des transversalité avec Pearl Harbor et avec le 11 septembre. Donc obligatoirement c’est un impact extrêmement fort sur le peuple et les politiques là se sont pousser des ailes. On a même des politiques aujourd’hui qui face caméra disent non bah c’est pas russe, c’est pas chinois donc il ne reste pas 36 solutions.

Flo : Est-ce que tu penses à Barack Obama quand tu dis ça parce que …

Pascal Fechner : Barack Obama était un petit peu.... comment dire il a toujours été ambiguë voilà, il semble plaisanter mais en même temps c’est vrai dans sa dernière interview il admet lui-même qu’il a probablement vu des vidéos ou qu’on lui a fait part d’observations qui sont tout à fait anormales l’objet de vaisseau en tout cas voilà parlons d’objets qui semble défier les lois de la physique ; mais ici on parle comme il en a parlé c’est que quelque part ça l’a marqué parce qu’à ce moment-là que l’interview alors on va parler de interviews, des vidéos ou la plupart sont disponibles sur notre chaîne c’est pas de la pub.

Flo : C’est disponible sur le Maybe planet bien sûr.

Pascal Fechner : on fait un travail d’archivage pour essayer de bin de garder une photo de ce moment là et comme vous regardez cette vidéo on voit que à ce moment-là il a quelques secondes de total sérieux. Voilà là il est dans le truc qui est de dire ouais il y a quand même des trucs c’est bizarre.

Flo : Parce que c’est vrai que sur cette vidéo donc j’ai vu sur Maybe Planet en fait parce qu’en fait je précise que sur ta chaîne en fait tu fais la traduction en fait de certaines vidéos d’émissions concernant le sujet la thématique ovni et vous faites la traduction de certaines personnes qui passe donc notamment aux états unis et dans cette vidéo, on voit Barack Obama en fait c’est dans une émission grand public clairement il faut dire voilà.

Pascal Fechner : C’est la vérité hein voilà non là c’est …

Flo : Mais c’est vrai que à un moment donné le temps se suspend monte un petit peu quand on lui pose une question parce qu’effectivement il devient sérieux et il commence à parler un petit peu et après il retombe un petit peu dans ben dans le côté un petit peu comique que quoi du show en fait.

Pascal Fechner : Il sait qu’il est dans une émission certainement donc il n'oublie pas c'est une force des politiques américains d'ailleurs de mettre tout terrain comme ils le sont, mais on sent qu'il y a une respiration ou là il est donc et il balance une info qui semble pas anodine pour lui.

Flo : Et il réfute totalement Roswell aussi d'après ce que j'ai compris il parle de Roswell il me semble non au début.

Pascal Fechner : Ouais en fait c’est pas qu’il réfute mais il dit alors sur ton à plaisanterie quand il est arrivé il a demandé s’il y avait un laboratoire quelque chose à Roswell et on lui a dit que non. D’ailleurs je pense que c’est pas le seul je pense que Clinton réellement demandé aussi enfin ils ont dû tous demandé bon voilà, ça là-dessus effectivement je pense que de la façon dont il le dit souvent qu’on lui a dit « non mais ça Monsieur le Président la zone cinquante-et-un elle sert à faire des tests sur nos matériels très avancés ». Enfin non il y a pas de matériel extraterrestre là dedans quoi donc là quand il parle de ça voilà il dit dans la déconne. Par contre quand il y a quand même des choses qui font qui ont des mouvements et des accélérations dans le ciel là par contre ça nous laisse un petit peu sur le cul, là on sent quand même qu’il est sérieux.

Flo : En tout cas c’est une vidéo à regarder sur Maybe Planet sur ta chaîne YouTube mais c’est toujours intéressant en tout cas de de voir ça parce que ce sont des images qu’on voit pas en France, on va parler justement des médias après le rapport parce que c’est très intéressant il y a beaucoup de choses à dire. Pour revenir sur le rapport donc tu disais donc c’est un rapport qui fait 6 pages et c’est ça.

Pascal Fechner : Bah c’est ça en fait hein. On parle alors très précisément pour dire les choses, le rapport est fait en 2 parties puisqu’il y a un rapport au non classifié qui est destiné au grand public donc qui a été publié dès vendredi et il y a un rapport classifié qui est cette fois-ci réservé aux sénateurs et ce rapport classifié donc avec des informations secret défense devrait doit faire à peu près 70 pages donc là on peut penser qu’il y a un peu plus de choses dedans. Certains sénateurs auraient dit qu’il est quand même assez impressionnant euh voilà donc nous on a vraiment la portion vraiment la plus légère du rapport et c’est presque un exercice obligatoire mais voilà on peut pas se contenter de ça aujourd’hui quoi.

Flo : le rapport a été publié donc le 25 juin c’est ça il me semble aux Etats unis ?

Pascal Fechner : Oui c’est ça c’était vendredi dernier dans la nuit pour nous.

Flo : Oui voilà dans la nuit.

Pascal Fechner : Certains ont payé un pour avoir ce rapport est sorti en début de soirée moi je me rappelle dès qu’il est sorti je suis allé sur la page de l’ADNI puisque c’est l’ADNI c’est pas le Pentagone qui a sorti c’est le vraiment l’office qui chapeaute tous les tous les services de renseignement et le serveur de l’ADNI a été tout de suite en rade parce qu’il y a eu trop de connexion et puis après, on l’a eu assez rapidement.

Flo : Beaucoup de connexion bien sur ouais.

Pascal Fechner : On s'attendait quand même à quelque chose de vraiment type ouais mais même en s'y attendant c'est vrai une forme de déception quand même de se dire bon il y a vraiment que dalle dedans quoi.

Flo : Il y a quand même tout de même certains points à retenir non ?

Pascal Fechner : Voilà après une fois cette petite déception passée, il faut quand même garder en tête que l’essentiel c’est qu’on a avancé, on a monté une marche voilà. Aujourd’hui les militaires sont obligés de dire aux politiques donc c’est-à-dire au représentant du peuple « oui c’est vrai que sur 144 témoignages que nous avons récoltés ou en tout cas que nous avons travaillé bon bah concrètement y a 15 cas qu’on a réussi vraiment à expliquer sinon pour le reste… » et on se doute bien que 144 cas c’est rien du tout enfin c’est même pas le haut de l’iceberg quoi donc.

Flo : Quoi qu’il en soit dans le rapport ça fait quand même 143 cas restants donc c’est énorme.

Pascal Fechner : C’est énorme bon et le rapport dit oui bon bah concrètement on n'est pas organisé pour récupérer de potentiels informations sur les UAP. Donc c'est quand même pas rien. C'est presque une main tendue à dire : « bah écoutez réfléchissons, il y a plus de budget à développer, il y a peut-être des méthodes à mettre en place » parce qu’encore une fois alors ils excluent les extraterrestres. Ils disent bien qu'ils n'ont rien pour attester de la thèse extraterrestre, qu’ils n'ont rien non plus pour la réfuter. Mais en tout cas elle est loin d'être mise en avant de dire bon bah voilà ok y'a un sujet qu'est ce qu'on fait ce qu'on développe des budgets, est-ce qu'on met des procédures en place ? Voilà c’est le début de quelque chose donc on peut dire que tout le tout the Star Academy de Tom delonge a réussi quelque part son challenge c’est-à-dire remettre le sujet là ou il doit être c’est-à-dire dans les mains des politiques, c’est pas rien quand même.

Flo : Tu dis c’est le début de quelque chose est ce que ça serait pas en quelque sorte la fin d'un tabou dans les médias ?

Pascal Fechner : C’est une question. Je crois qu’aujourd’hui il va falloir on monte d’une marche mais quelque part il va falloir reprendre un petit peu de recul c’est-à-dire qu’enfin en plus moi, ça fait plusieurs mois voire plusieurs années que je le dis tu le sais puisque tu nous suis un petit peu. On est peut-être allé un peu vite avec les extraterrestres voilà on va dire les choses, on s’est peut-être un peu vite enflammé euh… Il est peut-être temps de reprendre un peu de recul de reprendre les choses à plat de mettre vraiment le sujet à plat et dire qu’est ce qu’on a, sur quoi on peut travailler, qu’est-ce qui est celui, qu’est ce qui ne l’est pas ? Partir de l’extraterrestre, c’est quelque part essayer de résoudre une équation en partant de la solution mais c’est pas ça les maths. Les maths c’est j’ai les termes d’une équation ça va m’amener à un résultat. Aujourd’hui moi le reproche que je fais à l’ufologie c’est que trop souvent elle part d’un résultat qu’elle l’attend qu’elle souhaite et à partir de ce résultat qu’elle souhaite bah elle va traficoter les termes de l’équation pour que ça corresponde à son résultat. C’est pas ça la science, c’est pas ça les maths quoi. Donc repartons à l’envers regardons ce qu’on a dans l’équation et on verra bien ou ça nous mènera.

Flo : Est-ce que tu penses que ce rapport sera peut-être le début d'une collaboration internationale, est-ce que tu penses que les peuples se rapprocheront par rapport à ce sujet là parce que si c’est une question de sécurité nationale ça peut ça peut en fait intéresser tout les pays ?

Pascal Fechner : C’est une question compliquée parce que si c’est un problème de sécurité nationale ça veut dire qu’il y a des pays adverses, on peut pas dire ennemi, en tout cas non allié qui s’amuse à faire des intrusions dans l’espace aérien pendant les exercices militaires. Enfin voilà c’est quand même assez gonflé c’est même limite déclaration casus belli quand même donc c’est pas neutre. Alors est ce que les militaires vont commencer à travailler en collaboration, ça paraît quand même difficile. Très honnêtement parce que bien sûr qu’on peut imaginer que dans le nombre de cas, il doit y avoir des projets secrets les choses comme ça. D’ailleurs on peut s’étonner d’ailleurs et ça, ça a été relevé pardon excuse-moi euh…le silence assez assourdissant de l’air force américaine qui paraît fou hein parce que le chaos pour la plupart été amené par l’US Navy. Alors l’US Navy il y a des porte-avions aussi mais enfin l’air force elle reste très en retrait pour l’instant. On peut s’étonner quand même que l’air force vont vraiment le cœur de métier c’est l’air n'ai pas de témoignage ou l'autre possibilité ; c’est qu'elle est tellement au cours de décennies qu'elle est tellement blindée ses pilotes à dire vous ne dites rien que vous vous taisez qu’au final rien ne sorte de l'air force parce que les pilotes n’osent pas témoigner. C’est un vrai sujet quand même. Alors juste pour revenir à ta question excuse-moi parce que ta question c'était est ce que on peut imaginer une collaboration internationale de la part des militaires, je ne pense pas, de la part des états, je ne pense pas. Par contre ce qui peut être intéressant c’est la création d’organismes ou de structures para étatiques on va dire c’est-à-dire qu’il y a un peu un pied dans l’état et un pied dans le privé. Je pense par exemple en France nous avons Sigma 2 voilà qui est rattaché à la 3F donc il y a un côté quand même, c’est une société savante un bon sens du terme. Donc ça ce genre de structure peut à terme peut être réussir à travailler à créer des transversalité avec d'autres structures et je pense essentiellement. On en a parlé avec Ludivine, la semaine dernière par exemple à la structure Sky fort ce qui est fort peu qui est on va dire une structure qui se crée autour de nous disons donc voilà là ça pourrait être intéressant mais je pense que ça viendra du privé je pense que ça viendra pas de 2 états cette collaboration c’est bien dommage hein mais…

Flo : Oui c’est dommage.

Pascal Fechner : Il y a quelque chose qui peut se mettre en place effectivement.

Flo : Au niveau de de la sécurité nationale je reviens là-dessus en fait ce qui me surprend, c’est qu’en France, on n’a pas eu spécialement de de réaction enfin on n’a pas eu de réaction de la part des politiques de la part des … normal parce que bon voilà.

Pascal Fechner : Les politiques vont pas donner le bâton pour se faire battre bon alors faut quand même …

Flo : Sauf que justement en fait je reviens, excuse-moi je te coupe Pascal. Je reviens tu sais en fait sur notre précédente émission tu avais évoqué en fait le cas de survols de centrales nucléaires en France par des ovni des drovni même on appellais ça comme ça.

Pascal Fechner : Ouais un terme inventé par l’ingénieur Claude Laval.

Flo : Voilà c’est un super terme très bien trouvé et en fait si tu veux je me dis en fait ce rapport c’est déjà une reconnaissance entre guillemets de la réalité du phénomène déjà d’une même si on n’en connaît pas l’origine quoi. Mais par contre, c’est vrai qu’en France ben on a quand même eu des centrales nucléaires survolées par des drovni et en fait le sujet est arrivé comme ça on en a parlé quelques jours et depuis terminé. Est-ce que tu penses que ce sujet-là, le sujet justement du survol des centrales nucléaires françaises pourrait revenir sur le devant de la scène ??

Pascal Fechner : Il devrait puisqu’encore une fois on a l'impression que ce problème de sécurité nationale est un problème américano américain. Après les Chinois ont récemment déclaré qu’eux aussi avaient apparemment des problématiques d’intrusion dans leur dans leur espace aérien. J’ai oublié de le dire tout à l’heure mais rappelons le parce que c’est important, le rapport Uap c’est-à-dire le rapport américain exclu par contre qu’il s’agisse de technologie avancée américaine c’est important. Donc eux ils disent : « non ça vient pas de chez nous » en tout cas, c’est pas américain si on aurait pu penser aller à des programmes un peu plus un peu secret très avancé technologiquement… Le rapport dit on sait que c’est pas américain donc encore une fois c’est chinois, c’est russe ou on sait pas. Les Chinois eux disent bah on a le même problème sous entendu bah si on a le même problème, c’est que c’est pas nous. Bon après ça peut être l’enfumage complet dans tous les sens bien sûr hein parce que les Américains peuvent dire c’est pas notre technologie, alors que c’est la leur. Les Chinois peuvent dire c’est pas la nôtre parce qu’on a le même problème mais voilà !

Flo : Oui

Pascal Fechner : Toutes les portes restent ouvertes puisque on est quand même dans un domaine bah, on parle d’espionnage, on parle de technologie militaire donc c’est quand même très compliqué. Mais pour l’instant bon statuquo. Il parle pas, il dise rien. Je pense que bon peut être que Poutine n’a pas envie de dire mais nous aussi on a des problèmes. « On a les mêmes problèmes que vous les gars » bon et puis quelque part de pas parler bah ça peut laisser entendre « Ah bah nous on sait ce que c’est parce que ça vient de chez nous on est les plus fort » donc voilà. C’est qu’il y a des jeu d’influences là-dedans mais on a un problème en France aussi quand même ça je dis on a eu voilà. Quand tu ne centrales nucléaires survolées alors quand on dit centrale nucléaire c’est aussi sites militaires nucléaires hein parce que nous avons en Bretagne la base de l’île longue qui héberge, les sous-marin nucléaire français cette base-là, qui a aussi été survolée. Le sont-elles encore ? Bah le problème c’est que c’est très compliqué d’avoir les informations bien entendu hein. Et comme tu le soulignais y a eu cette vague 2014 2015 qui a été un petit peu médiatisés puis c’est tombé comme un soufflé mais on est toujours dans le même problème si le peuple ne s’empare pas d’une question et ne pousse pas ses politiques à demander des comptes, bah quelque part ça tombe assez vite en désuétude et on a ce risque là qui est quand même (…) pour ce rapport. C’est-à-dire que si les politique ne poussent pas, il se passera rien. Il y aura un autre problème sociétale qui poussera et on en parlera plus et les politiques français aujourd’hui n’ont aucun intérêt à mettre le doigt dans le dossier. Parce que ça voudrait dire Bah écoutez, il y a des choses qui se passe, on va pas bien vous protéger. Voilà donc dans le contexte actuel c’est compliqué, gilets jaunes, covid etc. Quand on voit le taux d'abstention qu'on a eu aux élections. Mais on voit bien aujourd'hui que les politiques n’ont pas la côte, donc la dernière chose qu'il souhaite, c'est passer pour des incompétents. Encore plus incompétent qu’ils le sont encore par rapport à des problèmes d'objet qui vole et qu’on ne maitrise pas.

Flo : C'est quand même un sujet majeur, c'est dommage que le gouvernement ne s'intéresse pas plus à ça que tu dis, c'est vrai que c'est voilà, c'est le peuple aussi qui heu…

Pascal Fechner : Ah mais les politiques sont très simples si on en parlait tout à l'heure, c'est un enjeu électoral intéressant pour eux, ils y vont. Là, encore une fois, il faut voir que pas mal de politique américains vont se mettre dans la partie parce qu'ils ont bien compris que peuple va peut-être les soutenir. Là encore, c'est pas normale et vous saurez toute la vérité. En Politique il n’y a rien de plus simple, je dirais que voilà est ce que le sujet peut me faire élire, est ce que le sujet peut me faire perdre mon siège, voilà ! A partir de là, vous avez tout compris, mais on va peut-être alors je ne sais pas si tu voulais qu’on l’aborde tout de suite mais les politiques c'est quoi aussi ? C'est les médias.

Flo : Exactement !

Pascal Fechner : Ils sont très sensibles à l’opinion publique et qui vont dans le sens du vent aussi !

Flo : Tout à fait justement Pascal comment tu expliques que l'information en France elle soit … on a l'impression qu'elles arrivent par paquet tu vois ? En fait, moi je suis Maybe Planet donc je suis au courant de beaucoup de choses. Mais c'est vrai que…

Pascal Fechner : Ne le dis pas trop haut ! Je risque des ennuis.

Flo : Tu risques rien, tu risques rien. Mais quand même, il faut dire, il faut dire quand même ce qui est, je trouve qu'il y a vraiment un laps de temps qui s'écoule, qui est assez long entre le moment, on a l'info par divers médias, alors souvent pas forcément des grands médias mainstream, mais des médias étrangers ou des chaînes YouTube. Et ensuite l'info arrive en France et les grands médias enfaite sortent l'info tous au même moment. Alors avec une façon parfois un petit peu différente de la traiter. Mais euh, comment t'explique en fait cette façon de procéder au niveau de l'information en France ?

Pascal Fechner : Bah enfaite Les choses sont extrêmement simples, mais en même temps extrêmement effarantes. Bon, je crois qu'avant de parler de médias il y a 2 types de média en France, à la presse régionale, la presse locale donc très bien qui fonctionnent, en fonction des actualités locales pardon et d'ailleurs en France donc dans les cours régionaux, il n’est pas rare qu’un article sorte et des observations, quelqu'un a pu faire... La presse régionale n'est pas fermée à faire des articles, je dirais bien le contraire puisque les journaux régionaux ont pour (…) des sujets qui vendent. C'est bon ça, ça fait pitié, ça fait vendre. Voilà. Certains moment, ils peuvent faire un article dessus sur lui sans (…). Puis après, il y a la presse national dont titre (…) essentiellement. En fait, j'ai compris assez récemment que ces journaux ne fonctionnent qu’à La Dépêche AFP. C’est aussi simple que ça ! Et c'est factuel ce que je dis, s'il n'y a pas de dépêche AFP qui parle du sujet, les grands médias n'en parlent pas. Mais à partir du moment où une dépêche AFP, on parle et on a eu le cas deux fois au mois de juin. Deux dépêche AFP, 2 mobilisations sensibles dans les médias français et parfois avec une copie à la virgule de La Dépêche AFP. C'est assez effarant à dire, mais les grands titres français et médias français télévisé, fonctionne à La Dépêche AFP. Ça, c'est quand même quelque chose ! Si jamais un AFP décide de prendre un sujet à bras le corps alors le 3e sujet, les médias vont commencer à s’y mettre. C'est effarant, je trouve, c'est pour dire qu'on se rend compte que les journaux français sont totalement dépendant de ce leur donne AFP à manger.

Flo : C'est ça, c'est quand même… c'est une façon je trouve de traiter l’actualiser, qui est quand même…

Pascal Fechner : C'est effarant et je vais même te dire que ça m'a conforté vraiment dans l'idée que des petits médias quand même sont nécessaires. On n'a pas vocation à devenir nationaux mais on a besoin de petites structures pour un peu plus spécialisés qui vont chercher des infos ailleurs, qui vont faire des groupements qui vont essayer au proposé de l'info sur c’est toujours (…) possible. Même des fois. On a des infos qui tombent, on va pas les partager parce qu'on estime que la source n'est pas assez solide. Voilà pour éviter de dire des bêtises tout simplement. Mais voilà, on se rend compte aujourd'hui en France que des petits médias indépendants sont nécessaires pas pour mettre la révolution mais pour aller plus loin dans l’information sur certains sujets.

Flo : Néanmoins tout de même, certains médias, grands médias, comme par exemple Fun Radio. Tu as été invité chez Bruno Guillon euh le matin dans la matinale et donc une chose assez étonnante, c'est qu’en fait tu as pu parler OVNI, le matin sur Fun Radio à 1h, de très grand écoute avec un public relativement jeune. Normalement, le matin c'est plutôt de la déconne. Il faut dire clairement, mais en fait, Bruno Guillon s'est intéressé en fait au sujet et l'interview était vraiment sympa. Comment tu vois ça ? C'est quelque chose de nouveau pour toi ?

Pascal Fechner : Bah en fait, ce qui se passe, on en parle quand l'animateur est intéressé tout simplement et je pense que c’était grosso modo une semaine après quelques premières dépêches sorte et qu’il me dit on parle. Les animateurs sont comme vous et moi. Il y des choses qu’ils aiment, il y a des choses qui les passionnent, des choses qui vous intéresse, mais je pense que (…) et son équipe se sont (…). Ça c'est un vrai sujet, mais la difficulté qu'ils ont eue et qu’ont les médias ont, de façon générale, c'est aucun sujet ne vous intéresse, nous on comprend rien, donc si on en parle entre nous ça habitation, il faut quelqu'un qui connaisse puisque vous en parlez qui soit pas complètement timbré. Qui soit audible. Le problème, je vous le dis c’est qu’aujourd’hui c’est que les journalistes n’ont pas de réseau ufologue donc ils ne savent pas à qui en parler. C’est aussi simple que ça !

Flo : C’est un problème de positionnement des journalistes parce que le sujet est … c’est tout nouveau donc la façon dont on va aborder le sujet peut être difficile pour eux…

Pascal Fechner : C’est un casse-tête ! C’est un casse-tête parce qu’en même temps ils n’ont pas envie de tenir le crachoir à un raélien parce qu’il y a un vrai risque, c’est un sujet qui est quand même (…) et ils n’ont pas envie de prendre le risque d’inviter un illuminer qui va dire d’énorme bêtises à l’antenne. Parce que souvent c’est du direct hein ! Bruno c’est du direct donc si j’invite un (…) ben je vais avoir des ennuis.

Pascal : C’est vrai que moi, je pense que j’ai cette chance de bien connaitre le sujet mais en même temps je ne suis pas le dernier à la déconne donc heu … Voilà moi c’est un peu rigoler. Voilà quand même je suis là.

Pascal Fechner : Mais bien sûr c’est bien aussi de parler du sujet ou on peut parler en étant décontracter et parfois avec humour. D’ailleurs sur Maybe planet, on rigole bien des fois aussi, je veux dire voilà, il y a de la place à l’humour.

Pascal Fechner : C'est notre code génétique et je suis toujours parti du principe qu'il faut savoir aussi rigoler soi-même. Il y a de quoi faire honnêtement en ufologie trop de ufologues ont vu ce sérieux oui mais c'est très sérieux c'est un sujet vraiment on peut pas rigoler avec. Mais si on peut rigoler avec parce que des fois on dit des bêtises et c’est vachement bien d’en rigolé quoi. Donc voilà moi je ne me moque pas des ufologues quand je mets des trucs rigolo parce qu’à la base, ça vous dire que je me moque de moi-même.

Flo : Mais bien sûr !

Pascal Fechner : Il y a des choses bien sûr que je pensais vraiment par exemple, il y a des gens et aujourd’hui je me dis mais c’est une économie en fait quoi. Non mais voilà donc là il faut accepter de rire de soi. Mais pour les médias encore une fois je pense qu’il y en a qui ne savent pas qui inviter pourtant il y a une nouvelle génération hein. J’ai beaucoup de respect bien sûr pour Jean-Claude bourré pour des gens comme Gildas bourdais. Mais aujourd’hui ces médias-là, c’est médias jeunes, on parle radio par exemple ils ont besoin de jeunes un petit peu enfin de personnes un petit peu plus jeune, un peu plus réactif donc …donc voilà moi je t’admets que c’est une ambition de Maybe planète de devenir quelque part bah un référent aussi pour ces médias-là. On n’est pas les seuls hein il y a plein de gens comme Nico Augusto Dominique filhol… Enfin non toute une génération qui se crée de personnes plus jeunes qui ont un discours correct et cohérent mais encore faut-il que les médias les identifient.

Flo : Tu parlais des intervenants donc que les grands médias en fait avait de la difficulté à trouver des intervenants crédibles et sérieux. Est-ce que tu penses que Luc dini pourrait devenir un intervenant crédible ?

Pascal Fechner : Je pense que Luc Dini peut devenir un intervenanttrès honnêtement on l’a vu dans quelques prestations… Je pense à reportage sur unecapsules de 20 minutes sur France 5 ou il a été excellent ! On l’a vu dans le reportage de 6 ou il a été très bon Sigma 2 aujourd’hui se positionne de façon exemplaire puisque Sigma 2 est sorti dans la foulée avec un rapport400 pages ! 400 pages !!

Flo : Et tu penses que ça pourrait prendre le lead sur Cométa ?

Pascal Fechner : La continuité en tout cas.

Flo : La continuité d’accord.

Pascal Fechner : Je pense que c’est une continuité de Cométa . Cométa parfois il était quand même orienté soyons clair. Cométa disait clairement les états unis ont des vaisseaux enfin des soucoupe. Et puis des fois honnêtement moi la lecture de cométa ouais mais si on peut pas le dire quand même c’est là c’est totalement prospectif et ça peut pas être vu comme une certitude ça a été le cas. Là sur Sigma 2 je pense qu’on a quelque chose de plus mesuré mais encore une fois je pense que la réalité n’a pas besoin d’être embellie, c’est déjà assez intéressant comme ça. Mais effectivement Luc dini et il y a une autre personne aussi qui va en tout cas j’espère va prendre une place de premier plan sur le sujet voilà. Je pense qu’avec le duo Alain juillet lughini et puis des petits jeunes comme nous on peut foufou un peu rigolo peut être un peu plus dans les codes on va dire de la communication moderne dans le sens voilà… Enfin des médias on connaît les formats on est à l’aise ouais voilà ! Je pense qu’il y a il y a quelque chose qui est en train de se construire mais il faut de la visibilité. Il faut de la visibilité et ils font de bon ton encore une fois, comme tu le sais les médias ils ont besoin de gens des contracts qui savent sortir une vanne mais qui ont en même temps peuvent sortir un peu du fond c’est ça aujourd’hui dont on a besoin de gars qui arrive, excuse-moi du terme, un balai dans le cul en disant ils sont là c'est très c'est très dangereux il faut que nous fassions quelque chose non c’est pas ça dont on a besoin.

Flo : En tout cas en tout cas, on peut te suivre sur Maybe Planet donc ta chaîne youtube. Il y a un site aussi qui est dispo c’est www.Maybe planet.com. Alors tu es le rédacteur en chef tu as toute une équipe autour de toi, Maybe Planet c’est…

Pascal Fechner : Alors...

Flo : Ouais.

Pascal Fechner : C’est intéressant ce que tu dis parce que en fait on s’est rendu compte alors c’est vrai qu’au départ je pensais constituer une équipe sur mon compte qu’en fait c’est pas ça Maybe planet. C’est plutôt moi je vois ça aujourd’hui comme un hub d’aéroport tu vois, il y a des avions qui viennent d’un peu partout ; il y a des gens qui vont se poser qui vont boire un café qui vont rester un petit peu de temps qui vont fournir quelques articles, quelques vidéos, puis qui vont prendre un nouvel avion euh bon pas spécialement bon terme aussi un peut être qu’ils vont partir fâcher peut-être pas. Moi aujourd’hui Maybe Planet je vois ça vraiment comme un film tank c’est-à-dire un lieu où on peut passer, un lieu on peut s’exprimer enfin s’exprimer ; attention hein si tu veux me vendre que les reptiliens sont là et que tu es toi-même contact…

Flo : ça va être compliqué

Pascal Fechner : … que tu parles extraterrestre mon regard non je ne vais pas t'inviter, non je ne vais pas te donner la parole…

Flo : Non

Pascal Fechner : … mais c’est pas un forum non plus voilà c’est ça l’idée c’est pas c’est pas la foire du slip hein. Mais euh si on estime que tu apportes quelque chose et ton discours est cohérent et quand t’as raison on va être ravi de de t’apporter nos moyens techniques vidéo si tout ce que tu veux. Parce que le problème c’est souvent ça il y a des chercheurs qui sont très intéressants mais qui n’ont pas l’infrastructure ils savent pas tourner une vidéo et ils ont pas de site parce que c’est chiant à faire et non ça on l’a et nous ont dit bah si vous la disposition pas pour notre gloriole à nous mais pour essayer d’avoir un petit peu plus de résonance voilà ; c’est ça le Maybe planet en fait c’est vraiment un film tank…

Flo : en tout cas c’est une très belle chaîne YouTube et vraiment je recommande fortement aux auditeurs d'Axone radio,. S’interroger, étudier, informer c’est vraiment la base en fait c’est…

Pascal Fechner : C’est ce qu’on fait c’est… Nous si tu veux on n’a pas de réponse on aimerait bien ouais, on n’a pas de réponse on a des questions donc on se les pose là. On se les pose à voix haute en fait, on se les pose à voix haute et puis de temps en temps. Il y a quelqu’un qui passe qui vient ben non par rapport à votre question était quelque chose mais voilà. On n’est pas la course c’est ce que tu dis en Europe tout à l’heure. On va pas changer quelque chose pour que ça plaise aux gens. Enfin comment dire oui si on peut avoir des micro de meilleure qualité, image de meilleure qualité des jingles qui pètent bien sûr mais on ne va pas changer notre discours de fond en se disant ouais mais là on disait on ça on va s’attirer plus de gens, c'est pas ça l’idée. Je suis prêt à marcher avec 100 followers comme je suis prêt à marcher avec 100000 ça changera pas grand-chose.

Flo : Bien sûr bien sûr !

Pascal Fechner : Ca augmentera les emmerdes puisque les discussions deviennent très compliquées mais nous on fait un chemin on fait notre chemin et si les gens veulent nous accompagner c'est génial ! Mais c'est pas une recharge c’est pas un concours de popularité, je l’explique souvent. Mais là vous dites ça, vous prenez parti là-dessus non les gars on est honnête voilà ! On essaye d’être honnête à partir de là vous vous avérez vous adhérez pas c’est pas très grave on n’a rien à vendre voilà nous n’a rien à vendre.

Flo : En tout cas sur le fond et par rapport à l’actualité … Est ce que tu pensais vivre un moment comme on a vécu ces derniers jours avec toutes ces informations avec ce rapport ? Est-ce que tu penses que cette étape qui a été franchie qui est le début d’autre chose, est ce que tu pensais vivre ça en 2021 ?

Flo : Bah non mais c’est vrai qu’en même temps rétrospectivement si on avait voulu être bon timing, on n’aurait pas fait mieux quoi. Enfin c’est-à-dire on s’est vraiment structuré au bon moment et vraiment … c’est devenu chaud en termes d’actualité on était prêt on était avec la vidéo on était prêt avec le site on était prêts sur nos réseaux. On a eu beaucoup de chance.

Flo : Oui, oui ! Bien sûr !

Pascal Fechner : Mais en tout cas on a été prêt à digérer et à partager l’information qui venait d’une façon qui nous paraissait cohérente. On a fait quand même pratiquement des quotidiennes pendant 3 semaines et tous les jours on tenait 1h facilement tellement l’actualité était dense riche et surtout intéressante. Bon là ça va un petit peu se calmer c'est logique. Là on va rentrer dans autre chose. Là ce qui va être difficile, ça va être de canaliser les informations qui vont venir parce qu’il va y avoir des nouveaux venus qui vont commencer à avoir des discours plus ou moins foireux parce que ça va devenir bankable voilà. Là ce qu'il va falloir faire attention maintenant c'est aux sources donc vraiment de faire attention euh voilà parce que je vois des nouveaux qui arrivent enfin de nouveaux intervenants qui viennent pas de ce domaine là qui disent mais moi j’ai été contacté, on m’a dit de faire si moi je suis au courant de ça. Oh les gars ; posez vous sourcez et puis après on verra si on vous écoute on pas. Ça c’est le risque hein maintenant sujet qui vient médiatique.

Flo : En tout cas c’est vrai que le sujet a été chaud bouillant là quand même tu te prévois quelques jours de repos ?

Pascal Fechner : Très honnêtement sur cette semaine voilà c’est encore un peu compliqué mais euh parce qu’il faut bien voir qu’il va falloir quand même tenir une certaine pression encore une fois parce que si on laisse passer l’été, en septembre, tout ça sera peut-être balayé voilà. Il faut faire attention. Bon après il y a des initiatives françaises qui sont en train de se créer on a vu que le Slipou qui est un regroupement d’ufologues français a sorti une lettre au président de la République. Bon je suis pas convaincu de cette démarche très honnêtement euh voilà. Je pense aujourd’hui qu’il faut s’adresser au grand public voilà. Mais encore une fois comme on le disait avec les codes du grand public c’est pas en faisant des lettres au président de la République copie le ministère de la défense tout. Ça c’est des coups de com mais pour le grand public ça marche pas quoi.

Flo : Et allons aussi sur YouTube sur ta chaîne YouTube Maybe Planet je le répète !

Pascal Fechner : YouTube est nécessaire moi je pense que j’ai eu quelques journalistes qui m’ont appelé parce qu’ils ont regardé notre chaîne et qui sont qui se sont dit bon bah le gars s’exprime pas trop mal ça peut être intéressant de la voir quoi voilà donc surtout

Flo : En tout cas bah écoute merci Pascal pour ton intervention sur Ecn Radio.

Pascal Fechner : Bah toujours avec plaisir tu le sais.

Flo : Tu es chez toi ici tu le sais, c’est toujours un vrai bonheur de t’avoir puis. Merci beaucoup pour toutes ces toutes ces explications et je te souhaite en tout cas bonne continuation et je continue à te suivre sur Maybe planète et puis j’espère que vous qui nous écoutez vous allez aussi vous abonner donc à la chaîne de Pascal May be planète. Ça fait plusieurs fois que je le répète mais vraiment j’y tiens parce que c’est vraiment une excellente chaîne et c’est très intéressant parce que le sujet est abordé sérieusement mais de manière détendue et on a vraiment des supers infos et notamment une interview de Luis elizondo qui est très très très intéressante.

Pascal Fechner : Sous-titré et doublé également là on avait fait là on avait fait les 2 effectivement.

Flo : Et doublé c’est beaucoup de boulot de doubler comme ça des vidéos c’est beaucoup de travail ça ?!

Pascal Fechner : Le sous titrage c’est du boulot de toute façon mais en fait je fais parce que comme souvent dans ce que je fais parce que je trouvais pas ça voilà. C’est voilà et je trouvais ça dommage mais putain j’aimerais bien qu’une chaîne me sous-titres me fasse le boulot et comme je suis quelqu’un d’assez actif bah quand je trouve pas je fais quoi.

Flo : Ouais bah ouais.

Pascal Fechner : Et quand je fais, je le fais parce que j’aimerais bien trouver sa voilà je me dis mais quelqu’un qui s’intéresse au sujet qui voit une chaîne ou c’est déjà sous-titré où il a pas trop à s’embêter, il peut consommer tout de suite avec des vidéos assez cours des choses comme ça mais moi je prends quoi voilà donc c’est top, c’est l’idée !

Flo : En tout cas super boulot et puis un grand merci encore Pascal à toi d’être intervenu sur Axone radio.

Pascal Fechner : Avec grand plaisir et puis j’espère qu’on aura l’occasion de rediscuter ensemble en fonction des informations qui tombent.

Flo : Et ben écoute ça sera avec grand plaisir et puis je te souhaite en tout cas un très bel été et je te remercie.

Podcast de l'interview